Passer au contenu principal

Flash marchés du 10 au 13 juillet 2017


 

​le 13/07/2017

 

Environnement économique


États-Unis : arrêté à jeudi, l’environnement a surtout été marqué par les déclarations de la Banque centrale. Si les propos de la Fed n’ont rien révélé de nouveau, le dilemme de la politique monétaire reste entier. Alors que l’activité ralentit doucement après plusieurs années de reprise, on assiste à des hausses de salaires de l’ordre de 2,5 % en rythme annuel, voire de 4 % environ si on intègre les cotisations sociales, dans un marché de quasi plein emploi. Mais le taux d’inflation, calculé sur les dépenses personnelles de consommation, instrument privilégié par la Fed, reste faible, à 1,4 % en mai sur un an. La faible diffusion de la hausse du coût du travail sur l’inflation se produit au détriment des marges des entreprises. C’est dans ce contexte que la Banque centrale a réitéré son message d’une hausse lente et progressive des taux avec une amorce de réduction de son bilan vers la fin de l’année. Cette stratégie tient également compte de la hausse de l’endettement des ménages. Si on additionne les crédits immobiliers, les prêts automobiles, les encours de cartes de crédit et les prêts étudiants, on trouve un montant de 12 730 milliards de dollars à fin mars 2017, soit 70 % du PIB. C’est 50 milliards de dollars de plus que le précédent record enregistré au troisième trimestre 2008. Si ces montants inquiètent, il convient de préciser que le ratio remboursement-revenus des ménages, à moins de 10 % aujourd’hui, est loin du sommet de plus de 13 % atteint fin 2007. De plus, la majorité des prêts étudiants est garantie par l’État.

 
Zone euro : en juin, l’inflation en France est stable pour le deuxième mois consécutif, selon l’INSEE. Sur un an, la hausse des prix ressort à 0,7 %. Le niveau moyen de l’inflation au premier semestre ressort à 1,05 % et devrait servir de base de référence pour le taux du Livret A qui devrait donc être relevé en août à 1 %. Mais cette hausse pose un problème à la Caisse des Dépôts qui centralise une bonne partie de la collecte, car elle devra elle-même placer cette somme dans des opérations qui offrent une rémunération au moins identique.
 

Marchés financiers

 


Taux : la confirmation par la Banque centrale américaine de la volonté d’aller doucement dans le rythme de hausse des taux directeurs a calmé les tensions sur le marché obligataire. Ainsi, les taux souverains à 10 ans ont reculé de 6 points de base aux États-Unis, à 2,33 %. En France, la baisse des taux 10 ans est nette, avec un recul de 8 points de base à 0,86 %. Au contraire, l’emprunt allemand de même durée a subi des dégagements. La baisse des cours a entraîné une hausse de 2 points de base de l’emprunt allemand, à 0,59 %. L’écart de taux entre les deux pays s’est donc réduit de 10 points de base en une semaine.


Actions : la saison des résultats trimestriels a débuté aux États-Unis avec PepsiCo qui annonce un bénéfice de 2,11 milliards de dollars, supérieur aux prévisions. Le consensus Thomson Reuters table sur une croissance moyenne des bénéfices par action de 8 % au deuxième trimestre pour les entreprises du S&P 500, contre 15,3 % sur les trois premiers mois de l’année. Ces annonces sont d’autant plus attendues que la bourse américaine stagne depuis le 2 juin et que, selon les experts de Carmignac, depuis quelques semaines, 80 % des données économiques ont été publiés en dessous du consensus. En attendant, les propos conciliants de la Fed ont rassuré les investisseurs inquiets d’une hausse brutale des taux. Les indices actions ont donc regagné une partie du terrain perdu depuis le 5 mai.

Rédigé le 13/07/2017

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 
Partager :  Partager par e-mail
Envoyer cette page par e-mail



Séparer les adresses e-mail par des points virgules




acces directs
Contacter un conseiller